Piloter le Digital Learning

Piloter le Digital Learning

Comment piloter le Digital Learning ? C’est une question que les responsables formation se posent fréquemment. En cause la pression grandissante subie par les dispositifs et les équipes formation, son accélération, le rythme des innovations, le niveau d’exigence des clients internes ou externes… Impression d’ensemble : l’exercice tient du pilotage par gros temps !

Rares sont les moments de répit pour la formation dès lors qu’elle a entrepris de se digitaliser. Les projets se succèdent – commandes qui arrivent en nombre à mesure que le e-learning convainc un cercle étendu de salariés et de managers, intervention intempestive d’un top executive soudain pris de passion pour le serious gaming ou les MOOC, paramétrage d’une nouvelle fonctionnalité sur le portail de formation, demande de formats répondant aux attentes des opérationnels, intégration d’une innovation prometteuse… Succession ? Chevauchement plutôt ! Les équipes formation se faisant parfois l’impression d’un équipage pris dans un interminable grain !

Pourtant il faut bien piloter. Et commencer par le commencement : prendre tout le soin nécessaire au choix du “bon cap”, et le maintenir vaille que vaille, contre vents et marées. Le cap, c’est l’association d’une longitude et d’une latitude, un point sur une carte. Au fait : quel est votre cap ? En tant que pilote du Digital Learning, quelles sont les quelques finalités simples (moins de 5) que vous vous êtes fixées, et sur lesquelles vous pourrez communiquer facilement avec vos « clients » ou parties prenantes. Des finalités qui devront s’exprimer aussi, peu ou prou, dans tout projet de formation digitalisée (métier, transversal), au-delà des objectifs spécifiques (opérationnels) que ce projet pourra avoir par ailleurs.

Il est rare qu’on puisse viser le cap directement. On doit passer par un certain nombre d’étapes, voire lui tourner parfois le dos, savoir négocier avec les éléments… Dès lors que vous connaissez votre destination (ce corpus bien ancré d’objectifs), vous disposez vous aussi d’une certaine marge de manoeuvre dans le jalonnement de votre stratégie Digital Learning. C’est une force, une liberté plus grande qu’on peut le croire, mais dont il faut user avec sagesse, car la formation doit pouvoir rendre les comptes qu’on finirait par lui demander. Bonne pratique : documentez (et actualisez) votre stratégie Digital Learning chaque année… Une obligation pour les équipes formation qui veulent progresser, un peu comme le journal de bord l’est pour l’équipage d’un navire.

Qu’on soit secoué ou paisiblement porté par les alizés, la carte et les instruments de bord se révèlent vite indispensables. La formation n’en manque pas, pour s’assurer qu’elle garde bien le cap : les indicateurs (KPI) de la stratégie Digital Learning jouent finalement le rôle des coordonnées géographiques du cap. Des indicateurs qui peuvent être issus de modèles (celui de Kirkpatrick par exemple, mais il y en a bien d’autres, plus récents, parfois moins réducteurs) ; ils ne sont pas si difficiles à concevoir ni à suivre, surtout lorsque le stratège de formation n’attend pas de la plateforme technologique qu’elle réfléchisse à sa place !

Piloter le Digital Learning ? Un art, un ensemble de techniques à portée des responsables formation.

 

Source : http://www.e-learning-letter.com/info_article_dossier/m/1222/26/piloter-le-digital-learning.html?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=08/12/2016%2008:04:30%20DEL22-20161121%20-%202


Comments are closed.