[Arctic15] L’environnement de travail doit être aussi simple que sur Tinder !

[Arctic15] L’environnement de travail doit être aussi simple que sur Tinder !

Les start-up nordiques rivalisent d’initiatives permettant de faciliter la collaboration et le bien-être des collaborateurs. Avec un point commun : une expérience utilisateur aussi simple que pour les applications grand public.

Qu’il s’agisse de caler des réunions ou de gérer ses relations avec ses fournisseurs, tout doit désormais pouvoir se faire d’un clic ou d’un geste sur son écran. Cette conviction est forte dans les pays nordiques, où de nombreuses innovations B2B s’intéressent à proposer une expérience de travail aussi intuitive que des environnements comme Tinder ou Facebook. Il suffisait de déambuler dans les allées d’Arctic15 pour rencontrer des entrepreneurs ayant à cœur de défendre cet état d’esprit : pour être réactif et flexible, il faut disposer des outils le permettant.

Des réunions en un geste

Et l’initiative la plus emblématique au niveau du design est SwipeToMeet. Son fondateur, Teemu Arina, serial entrepreneur le jour et écrivain sur le biohacking la nuit, a mis au point une application qui permet de fixer une réunion professionnelle ou une rencontre entre amis en trois gestes. Il suffit de sélectionner le type de rencontre et ses participants. L’application puise dans l’agenda de chacun pour proposer plusieurs créneaux potentiels. Pour accepter une proposition, il faut glisser son doigt vers la gauche pour passer au prochain créneau, vers la droite pour l’accepter. Un fonctionnement similaire à Tinder. L’horaire s’ajoute alors automatiquement à son agenda. « Nous voulions proposer un assistant personnel qui gère toute la partie organisation pour l’utilisateur », nous précise Teemu Arina, « et qui, contrairement à Slack, n’impose pas d’avoir téléchargé l’application ». En effet, si l’invité n’a pas l’app, il reçoit un SMS ou un mail contenant un lien. « Les gens aujourd’hui ne veulent plus travailler en mode « col blanc ». Il faut rendre possible et simple la gestion de sa vie professionnelle et personnelle en un clic ! », conclut le jeune entrepreneur finlandais.

 

De la gestion de projet et de l’idéation sur une même plate-forme

Pour la collaboration à distance, il y a Jakamo. La startup finlandaise, qui fête ses 3 ans, propose une application dont le but est de simplifier la coopération entre entreprises, au niveau des relations client/fournisseur, de l’ingénierie mais aussi de la R&D. Un peu comme Slack, là encore, le système permet de s’affranchir de l’email pour communiquer et gérer les projets, la génération de tableaux et de rapports en temps réel en plus. Toutes les différentes collaborations qui se font entre une entreprise et une autre se gèrent directement via l’application, avec un classement par onglets et par thématiques qui facilitent le suivi. Chaque personne concernée par un projet ou un échange est ajoutée à la boucle, et l’information s’affiche sur son tableau de suivi. Pourquoi c’est intéressant ? Parce que cela simplifie la collaboration avec ses clients et fournisseurs, mais aussi parce que le système permet de gérer d’un clic le suivi des projets mais aussi de créer des sessions d’idéation, et encourage la co-construction.

On apprend en faisant

La formation a aussi droit à sa simplification : L’Atelier a rencontré Jean Mauris, co-fondateur de BranchTrack. La startup estonienne propose elle de créer des modules de formation interactifs et multimédia, en quelques clics. Son service, disponible en mode SaaS, permet aux RH de remplir un cahier des charges et d’obtenir immédiatement un tutoriel de formation. Dans celui-ci, un avatar propose un cas pratique à l’élève. Pour chaque scénario, le salarié doit choisir une réaction. Il obtient à la fin un score et des conseils pour être plus performant, qu’il s’agisse de vendre, de manager, de lancer un projet intrapreneurial… « On apprend en faisant », aime à souligner Jean Mauris. Et en rendant la création de tutoriels intuitive et rapide, il devient possible de s’entraîner très régulièrement, sans que cela ne soit ni coûteux ni chronophage pour l’entreprise. Résultat : des collaborateurs mieux formés mais qui peuvent aussi élargir leur spectre de compétences.

Mon bien-être en un sondage

Enfin, pour améliorer le bien-être de ses collaborateurs, et s’assurer de leur épanouissement dans leur poste, la formation est un fondamental. L’adhésion aux valeurs et à la stratégie de l’entreprise, et l’impression d’être écouté et intégré aux décisions aussi. Difficile néanmoins de prendre le pouls régulièrement de collaborateurs, surtout quand l’entreprise est un grand compte. Une solution pour VibeCatch : générer des sondages d’une ou deux questions, envoyés à la périodicité voulue à ses collaborateurs. Pourquoi on en parle ? Parce que là encore, il suffit de quelques étapes pour créer et envoyer un questionnaire, puis obtenir un tableau de bord des résultats. L’enjeu : « prendre le pouls de l’état d’esprit de ses collaborateurs, c’est voir plus rapidement quel est l’impact des décisions stratégiques sur les salariés mais aussi réagir si des pôles semblent en difficulté », explique Juha Huttunen, CEO de la startup. Le service est intéressant. Reste un point à améliorer : encourager les salariés à répondre aussi fréquemment à des questions type « Comment vous sentez vous par rapport aux autres membres de votre équipe », « Avez vous confiance en votre management », en proposant un retour des réponses, ou des résultats concrets. Car c’est à l’entreprise de décider ensuite si elle souhaite rendre les résultats transparents ou non. Pour le moment, Juha Huttunen fait comprendre à demi mot que seulement une minorité s’engage sur cette voie. Voilà peut être l’étape suivante de la transformation.


Comments are closed.