bubble

L'évaluation, le parent pauvre de la formation

Digitaliser les évaluations de la formation

L'évaluation, le parent pauvre de la formation


L’évaluation apparaît encore aujourd’hui comme le parent pauvre de la formation. Certes, la satisfaction immédiate (évaluation à chaud) des stagiaires n’a sans doute jamais été si bien mesurée. Mais le véritable résultat de la formation, c’est-à-dire l’amélioration concrète de la pratique professionnelle des collaborateurs, n’est pas systématiquement évalué. Pourquoi ? Et quelles sont les pistes de progrès ? .

La réforme, une chance pour l’évaluation ?

L’importance de l’évaluation fait partie des « serpents de mer » de la littérature sur la formation. En quoi la dernière réforme de la formation professionnelle aborde-t-elle cet enjeu ? En principe, même si elle n’est pas mentionnée en tant que telle, l’évaluation de la formation devrait être la grande gagnante de la loi de 2014. C’est en tout cas l’avis de 59% des responsables formations interrogés par Féfaur pour Dokeos en 2015. En faisant passer l’entreprise de l’obligation de moyens à l’obligation de résultat en matière de formation professionnelle, la réforme contribue à changer le positionnement du responsable formation. Même si ceux-ci n’ont pas attendu la loi pour envisager la formation comme un investissement, la loi les plaçait de fait dans une logique de mise en conformité avec une contrainte légale. Il devra désormais davantage défendre la dépense de formation uniquement pour elle-même, et en démontrer l’utilité pour l’entreprise.

Où en est l'évaluation ?

Pour évaluer les effets de la formation, les entreprises disposent depuis longtemps déjà du modèle de Kirkpatrick, popularisé en 1959 et mis à jour en 2010 pour tenir compte du nouveau contexte économique et technologique. Ce schéma comporte 4 niveaux, bien connus des responsables formations.
La plupart des entreprises réalisent déjà le niveau 1 (évaluation à chaud), qui consiste le plus souvent en un simple questionnaire de satisfaction rempli par les apprenants à l’issue de la formation.
Le niveau 2, qui correspond également à une évaluation « à chaud », mais portant sur le contrôle des connaissances acquises, apparaît déjà moins pratiqué : en 43 et 65% suivant les types de formation. Avec le niveau 3, c’est-à-dire la mise en pratique des apprentissages, on tombe à une fourchette de 24 à 43%. Très peu (entre 9 et 27%) vont jusqu’au niveau 4, correspondant à l’impact de la formation sur la performance de l’organisation, ou retour sur investissement – qui semble pourtant l’objectif à atteindre pour une politique formation vraiment efficace. Ces résultats sont d’autant plus étonnants que, selon la même étude, les deux premiers enjeux, pour les responsables formation, de l’évaluation de la formation, sont l’amélioration continue de « la qualité des offres et du dispositif formation » et l’estimation de l’adéquation des formations avec les besoins en compétences métiers.

référencement de site et eMarketing par eGate Referencement
Calcul ROI formation | Création contenus e-learning | Création didacticiel | Création didacticiel e-learning | Création formation e-learning | Création questionnaire évaluation | Création questionnaire formation | Datadock |
Mesure efficacité dispositifs formation | Mesure efficacité formation | Mesure efficacité formations | Mesurer efficacité formation | Numérisation des évaluations | Evaluer formation | Feuille d’émargement électronique |

abbott
altedia
asfo
askoria
attalents
banque populaire
bouygues construction
bouygues construction university
banque de france
bpce
casden
caisse d'épargne
cepfor
cohérence réseau
formavenir
grdf
gsk
horiba
ibp
ifso
nissan
reliance santé
renault
sud management
total
unifaf
fleche haut